chapiteau de Moissac

Chapiteau de "la guérison d’un paralytique par saint Pierre"

Ce chapiteau relate le premier miracle accompli par saint Pierre après l’Ascension du Christ (3, 1-10). Deux personnages en vêtement court assistent à la scène et regardent en direction des apôtres, tous deux désignés par leurs noms : IOH(ANNE)S et PETR(V)S. Jean porte un livre sur lequel est gravé un X, l’une des formes du monogramme du Christ, car le miracle est accompli en son nom. Saint Pierre, en désignant le ciel de l’index, saisit la main du paralytique, CLAVD(VS), qui se lève d’un bond sur la face ouest ; derrière lui apparait une porte monumentale, la Belle Porte du Temple de Jérusalem, identifiée par l’inscription : IHER[VSA]L(E)M. »

Si la représentation du miracle se conforme exactement au texte, les deux autres faces du chapiteau s’éloignent du détail du récit (4, 5-11). Les deux apôtres ne sont pas représentés en train de comparaître devant le Sanhédrin, présidé par le grand prêtre (assis, face est), mais leur présence est évoquée par une transposition métaphorique de la réponse de Pierre (face sud). En effet deux personnages s’avancent vers Jérusalem et le Temple, portant l’un la pierre d’angle et l’autre vraisemblablement la corne contenant l’huile de la consécration ; le Christ, l’oint de Dieu, est la pierre d’angle du nouveau Temple.

Les corps allongés des personnages, leurs épaules étroites, le modelé sensible sous les étoffes, les plis épais et les bords arrières des vêtements représentés sur le fond de la corbeille permettent de rapprocher ce chapiteau de celui de la Cour céleste, tout proche.

Le tailloir est ornée d’un bandeau de deux rangs d’écailles imbriquées et d’une frise de palmettes inscrites dans des médaillons en coeur renversé.

Source : Cazes Q. et Scellès M., Le cloître de Moissac, Sud-Ouest, Bordeaux, 2001, p. 205.

chapiteau de Moissac
chapiteau de Moissac