chapiteau de Moissac

Chapiteau à feuilles d'acanthe

Sur les corbeilles de ce chapiteau double s’élancent des feuilles d’acanthe aux longues folioles. Si le motif végétal renvoie évidemment au décor des chapiteaux de l’ordre antique corinthien, ce motif est réinterprété par le sculpteur roman : il fait des longues feuilles stylisées une combinaison de figures géométriques s’éloignant ainsi de la réalité mais possédant une grande puissance évocatrice. Il ne s’agit plus de la reproduction de feuilles d’acanthes particulières mais bien, semble-t-il, de l’expression de « la » feuille d’acanthe.

Six autres chapiteaux du cloître s’ornent de feuilles d’acanthe stylisées, dérivées du chapiteau corinthien.

Le tailloir voit s’étirer une frise faite de palmettes dont la tige se fend pour venir entourer, en un médaillon, la feuille elle-même. Il s’agit d’une des très nombreuses variations (palmette simple ou double, en fort relief ou pas, etc.) présentes dans le cloître de cette palmette en médaillon. Ce motif est par ailleurs un motif roman par excellence.

C.F.

chapiteau de Moissac
chapiteau de Moissac