La Transfiguration

chapiteau de Moissac

La corbeille de ce chapiteau double est consacrée à deux épisodes du miracle dit de la Transfiguration. Les références dans les Evangiles sont : Evangile de Matthieu, chapitre 17, versets 1 à 13 ; Marc 9, 2-10 ; Luc 9, 28-36.

La face est et la face sud évoquent et commentent en image le moment central du miracle opéré par Jésus : il avait emmené avec lui ses apôtres Pierre, Jean et Jacques sur la montagne et s’était  transfiguré  sous leurs yeux, son visage « resplendissant comme le soleil », ses vêtements devenant « blancs comme la lumière ». Durant cette métamorphose il s’entretenait avec les prophètes de l’Ancien Testament  Moïse et Elie, mystérieusement apparus. Sur la face est le Christ, dont le nimbe crucifère est installé sur le dé médian pour le mettre en valeur, se tourne résolument vers Elie et Moïse. Les trois sont en conversation à l’évidence, ils « parlent avec les mains ». De petites volutes placées sous les pieds du Christ signalent « la nuée lumineuse (qui) les recouvrit ». Sur la face sud deux des apôtres se prosternent devant cette apparition.

La face ouest et la face nord racontent le voyage de retour : Jésus et ses apôtres redescendent vers Jérusalem, qui occupe toute la partie septentrionale avec son architecture imposante. Pierre, Jean et Jacques le majeur marchent l’un derrière l’autre. Ils tiennent un livre fermé serré contre leur cœur. Jésus en tête du petit groupe se retourne pour leur parler. Et selon les Evangiles il leur dit : « Ne dites mot à personne de ce qui s’est fait voir de vous, jusqu’à ce que le Fils de l’homme soit ressuscité des morts. »

Jésus vient en effet de laisser entrevoir sa nature divine qui pourtant ne sera révélée à tous qu’après sa mort et sa résurrection. Par ailleurs le sens spirituel (que tout chrétien doit extraire des textes) de ce rapprochement physique entre les apôtres, messagers de la Nouvelle Loi et des prophètes, messagers de l’Ancienne Loi et annonciateurs de la Nouvelle également, est bien celui-ci : « N’allez pas croire » dit Jésus  «  que je sois venu abolir la Loi ou les prophètes (façon de désigner l’Ancien Testament) : je ne suis pas venu abolir mais accomplir… ». Autrement dit un chrétien doit entendre et comprendre la Bible toute entière.

Le sculpteur de la Transfiguration campe des personnages au canon assez court mais aux positions variées et souples, très vivants. Les drapés recherchés épousent les mouvements avec justesse. Il est sans doute l’auteur de tous les chapiteaux de la moitié de la galerie sud comme l’ont bien vu Quitterie Cazes et Maurice Scellès dans Le cloître de Moissac.

C.F.

chapiteau de Moissac
chapiteau de Moissac