Le bon Samaritain

chapiteau de Moissac

 La parabole du bon Samaritain  se trouve dans l’Evangile de Luc (10, 25-37) : un homme est agressé par des brigands qui le laissent pour mort au bord du chemin. Un prêtre et un lévite passent leur chemin sans secourir le malheureux. En revanche un samaritain, donc un « infidèle » aux yeux des juifs, prend en charge le blessé, le conduit dans une auberge et paie à l’avance les soins qui devront lui être prodigués. Sur le tailloir les inscriptions permettent d’identifier la scène sans ambigüité : ET INCIDIT IN LATRONES (et il tomba sur des voleurs), SACERDOS CU(M) LEVITA P(ER)TRANSIIT (un prêtre, avec un lévite, passa son chemin), SAMARITANUS QUIDAM (un certain samaritain), CURAM ILLIUS HABE (prends soin de lui).

Le centre de la face ouest du chapiteau est occupé par la victime, au sol, dans le dos de laquelle un des trois brigands plante son épée. Au sud le bon Samaritain tend ses bras vers le blessé. A l’est le prêtre et le lévite cheminent, leur corps rejeté en arrière comme pour rester loin du malheureux qui a été installé sur un âne par le samaritain. Enfin au nord le personnage aux bras ouverts et élevés comme un orant est sans doute le bon Samaritain. L’homme qui semble franchir une porte pour sortir pourrait bien être cet aubergiste auquel il est recommandé : « prends soin de lui. » et qui tend ses mains pour recevoir le paiement de ses services.

Cette parabole répond à la question posée au Christ : « Qui est mon prochain ? », ce prochain qu’il faut aimer comme soi-même. Le bon Samaritain, mis en avant de par sa grande stature sur la face sud, représente la nouvelle Loi de Jésus qui surpasse l’ancienne, celle des prêtres et des lévites. C’est une préfigure du Christ mais la victime l’est tout autant, abandonnée qu’elle est par l’ancienne Loi. Juchée sur son âne ne ressemble-t-elle d’ailleurs pas au Christ de l’Entrée à Jérusalem, avant le supplice de la croix ? Mais l’essentiel est sans doute dit en image sur la face est : la victime sur son âne va devant, laissant loin derrière elle les hommes du Dieu de l’Ancien Testament.

C.F.

chapiteau de Moissac
chapiteau de Moissac