La grande Babylone

chapiteau de Moissac

Non loin du chapiteau représentant la cité de Jérusalem, figurée également comme une place forte, ce chapiteau double est consacré à la « Grande Babylone ». Au-dessus des portes de cette dernière cité est en effet inscrit [BABILONIA MAGNA]. Le parallélisme, et donc l’opposition soulignée, avec Jérusalem se poursuit dans la façon dont les chemins de ronde sont occupés sur chaque face par des personnages, désignant le sol ou le ciel, tenant des objets parfois difficiles à identifier (rouleaux de parchemin ?).

Ce parallélisme et cette mise en opposition entre les deux cités est un thème bien connu dans le décor enluminé de nombreux Beatus, copies de commentaires de l’Apocalypse et parfois du livre de Daniel très répandues dans le nord de l’Espagne, très souvent antérieures à 1100, certainement connues du commanditaire du cloître de Moissac, l’érudit abbé Ansquitil. Rappelons ici la résolue proximité iconographique de nombreux chapiteaux de la galerie sud avec ces manuscrits « espagnols ». Il faut citer le chapiteau des Révélations de Jean, celui du Dragon dans l’Abîme, Jérusalem et Babylone mais également le songe de Nabuchodonosor et l’arbre aux oiseaux. Ces rapprochements aussi nombreux et parfois aussi précis ne peuvent être le fruit du hasard.

C.F.

chapiteau de Moissac
Face est
chapiteau de Moissac
Face sud
chapiteau de Moissac
Face ouest
chapiteau de Moissac
Face nord
chapiteau de Moissac