Lions menaçant des personnages

chapiteau de Moissac

Sur chaque face de ce chapiteau double des lions dressés renversent leur tête vers l’arrière. Ainsi sous les crochets d’angle les volutes sont formées par deux têtes accolées de ces mêmes animaux qui mordent leurs queues. Les grosses pattes griffues de ces lions enserrent sur les faces larges, au nord et au sud, des personnages aux proportions inhabituelles. Ils semblent représentés à mi-corps, sont trapus et ont une grosse tête couverte d’un bonnet. Seul celui du sud est barbu. Au nord l’homme semble tenir ses mains sous ses manches, au sud les pouces et les doigts de l’autre sont joints pour former un motif de losange. Peut-on y voir un des signes qu’employaient les moines contraints au silence par la règle monastique ?

Le lion étant une figure médiévale ambivalente mais pouvant signifier le Mal on pourrait voir dans ces figures humaines l’image du moine aux prises avec le Péché qui le menace.

Un motif très semblable existe dans la sculpture monumentale de la basilique Saint-Sernin de Toulouse datable en partie de quelques années avant le cloître de 1100.

Le tailloir avec ses imbrications raffinées et surtout un motif unique dans le cloître qui évoque une feuille « grasse » repliée sur elle-même (et presque une méduse) pourrait trouver ses racines dans l’enluminure de manuscrits moissagais contemporains.

C.F.

chapiteau de Moissac
Face est
chapiteau de Moissac
Face sud
chapiteau de Moissac
Face ouest
chapiteau de Moissac
Face nord
chapiteau de Moissac