Le sacre de David

chapiteau de Moissac

Tout autour de la corbeille une série de personnages renvoie vers un des épisodes de l’Ancien Testament : le sacre de David comme nouveau roi d’Israël par le prophète Samuel (1 Samuel 16, 1-13).

« Yahvé dit à Samuel : Jusques à quand resteras-tu à pleurer Saül, alors que moi je l’ai rejeté pour qu’il ne règne plus sur Israël ? Emplis d’huile ta corne et va ! Je t’envoie chez Jessé le Bethléemite, car je me suis choisi un roi parmi ses fils… ». Samuel répond à Yahvé qu’il a peur d’aller choisir un nouveau roi car il redoute la vengeance de Saül. Dieu lui conseille alors de prétexter qu’il vient à Bethléem pour offrir un sacrifice et d’inviter toute la famille de Jessé à ce sacrifice. Ainsi la face ouest du chapiteau montre Samuel conduisant le taureau du sacrifice, dont il tient le licou, sous les murs de Bethléem figurés par une tour. A la fenêtre de cette tour apparaît la tête d’un curieux qui s’interroge sans doute sur les raisons de la venue du prophète.

Sur les faces nord et est s’alignent des hommes qui doivent appartenir à la famille de Jessé invitée au sacrifice. Celui qui se tient à leur tête et élève une sorte de fleuron pourrait bien être le père, Jessé lui-même.

Face sud, le berger David, le plus jeune des fils de Jessé, s’est agenouillé devant Samuel qui tient, haut- élevée, la corne contenant l’huile sainte pour l’onction. Cette corne est très imposante, placée en évidence sur le dé médian. L’auteur chrétien Irénée de Lyon, argumentant pour l’unité essentielle du Dieu Chrétien (trois personnes mais un seul Dieu) cite l’évangile de Luc : « Zacharie prophétisait donc en ses termes : Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël, parce qu’il a visité et racheté son peuple et qu’il a dressé pour nous une Corne de salut dans la maison de David son serviteur, comme il l’avait annoncé par la bouche de ses saints prophètes d’autrefois pour…se souvenir de son alliance sainte… » (Luc, 1, 68-73). Cette Corne de salut (traduction « mot à mot » de la bible latine dite Vulgate) est évidemment une image, une préfigure du Christ sauveur, fils de Dieu le Père et descendant de David selon la chair.

Le style un peu « sec » de la sculpture n’empêche pas les belles trouvailles comme ce parallélisme des courbes de la Corne de salut et du manteau de David qui s’envole, soulevé par un souffle spirituel.

C.F.

chapiteau de Moissac
Face est
chapiteau de Moissac
Face sud
chapiteau de Moissac
Face ouest
chapiteau de Moissac
Face nord
chapiteau de Moissac