Figures monstrueuses

chapiteau de Moissac

Ce chapiteau double fait correspondre ses quatre faces deux à deux. Au centre des faces nord et sud est installé un monstre à l’énorme tête et aux pattes grêles. S’aidant des mains et des pieds il tend la corde d’une arbalète. Il tient entre ses dents deux carreaux dont on distingue l’empennage. Le thème des arbalétriers, présent également sur un chapiteau de la basilique de Saint-Sernin de Toulouse, est bien fait pour symboliser le démon et le mal. Un concile de 1139 voulut interdire l’usage de l’arbalète entre chrétiens parce qu’elle était particulièrement efficace dans les combats, comme nous le rappelle le spécialiste de l’art roman Marcel Durliat.

Au centre des petites faces est et ouest le même masque grimaçant aux dents pointues embouche une sorte d’olifant.

Aux angles des êtres à la vague allure humaine, aux longues jambes repliées, aux pieds agrippés sur l’astragale, soufflent eux aussi -leur tête a été bûchée- dans une trompe. Le tailloir outre l’enroulement de palmettes de son biseau présente un original décor de losanges où une fleur ouverte est enchâssée.

C.F.

chapiteau de Moissac
Face est
chapiteau de Moissac
Face sud
chapiteau de Moissac
Face ouest
chapiteau de Moissac
Face nord
chapiteau de Moissac